Sale temps pour le régime expansionniste et prédateur du Makhzen – Algérie Patriotique – Une contribution de Mohsen Abdelmoumen

Une contribution de Mohsen Abdelmoumen – Le 19 janvier 2023 est une date à marquer d’une pierre blanche dans l’agenda du Parlement européen. En effet, celui-ci, secoué par le gigantesque scandale de corruption désormais connu sous l’appellation Marocgate, a décidé de tenter de retrouver sa virginité en votant une résolution à l’encontre du Maroc. Avec 356 voix pour, 32 contre et 42 abstentions, les eurodéputés ont condamné le Maroc pour ses atteintes à la liberté de la presse et aux droits de l’Homme, notamment concernant plusieurs journalistes et opposants rifains emprisonnés et torturés, ainsi qu’à son usage du logiciel espion Pegasus pour espionner notamment les journalistes.

Le Parlement demande, en outre, aux Etats membres de cesser d’exporter des technologies de surveillance vers le Maroc. La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a interdit l’entrée de l’Eurochambre aux représentants du Maroc jusqu’à ce que l’enquête pour corruption du Marocgate soit terminée, mais une délégation s’est quand même rendue à Strasbourg pour tenter d’influencer le vote contre le Maroc. Le royaume de Bousbir qui n’avait plus été inquiété de cette façon depuis un quart de siècle, grâce aux enveloppes qu’il distribuait à certains députés qu’il avait corrompus, a reçu une véritable gifle. Et la délégation marocaine qui avait été envoyée à Strasbourg pour tenter d’influer une fois de plus sur le vote a, pour la première fois depuis des lustres, fait chou blanc.

Le déni : tactique récurrente du Makhzen

Il semble donc que tout ce beau monde soit sorti du coma profond dans lequel l’avait plongé la fumée du hachich fourni gracieusement par SM le roi de la tomate et du cannabis. Avec une bonne gueule de bois tout de même. La presse se réveille elle aussi puisqu’un journaliste de la RTBF a obtenu un entretien d’une heure avec le député marocain Hicham Aït Menna qui s’était déplacé à Strasbourg à l’occasion du vote de cette résolution. Avec un aplomb et une arrogance sans égal, cet envoyé du Makhzen a nié les faits de corruption et a demandé au journaliste de nommer les eurodéputés corrompus et de fournir des preuves. Le déni est une tactique récurrente chez le Makhzen, on peut lui mettre le nez dans son étron, il dira que cela sent la rose. De plus, le journaliste belge a produit un document daté du 14 janvier 2023. Il s’agit d’un mail envoyé à de très nombreux eurodéputés par le député marocain Mounir El Jaffali (m.eljaffali@parlement.ma) pour, bien sûr, critiquer la résolution du Parlement européen sur le Maroc et tenter d’influencer le vote. Or, le 14 janvier, la proposition de résolution présentée par les députés Renew (Alliance des démocrates et des libéraux) n’avait pas encore été envoyée à l’ensemble des députés. Donc, on voit que la purge n’a pas encore été faite et qu’il reste des éléments qui continuent à œuvrer pour le Maroc.

Concernant les noms et les preuves réclamés par cet Aït Menna, le juge Michel Claise est en train de les réunir, d’autant plus que l’agent infiltré du Maroc, Pier Antonio Panzeri, a manifesté son intention de se mettre à table et de balancer tout le monde. En effet, Panzeri a pris la posture bien connue des mafieux qui veulent alléger leur peine et joue désormais les repentis. Et les têtes commencent à tomber. Ainsi, il a déjà accusé le député socialiste belge Marc Tarabella d’avoir reçu des «récompenses» pour un montant total de 120 000 à 140 000 euros. La comptable de Panzeri, Monica Rossana Bellini, a été arrêtée à Milan, à la demande des autorités belges, et mise en détention pour association de malfaiteurs, corruption et blanchiment d’argent. Elle aurait été l’architecte du réseau d’entreprises utilisées pour manipuler et blanchir l’argent de la corruption.

(…)

Sale temps pour le régime expansionniste et prédateur du Makhzen – Algérie Patriotique
A %d blogueros les gusta esto: